Connexion utilisateur
Accueil | Agrégateur de flux

Agrégateur de flux

Pré-annonce : un appel à projets européen de recherche sur les maladies cardiovasculaires portés par des jeunes chercheurs

ANR - il y a 12 heures 17 min

Dans le cadre de l’ERA-NET ERA-CVD, l'Agence Nationale de la Recherche (ANR) lance, en collaboration avec 16 pays (l’Autriche, l'Allemagne, la Belgique, le Canada, l’Estonie, l’Espagne, l’Italie, la Lettonie, les Pays-Bas, la Norvège, la Pologne, le Portugal, la Roumanie, la Slovaquie, Taiwan, la Turquie), un appel à projets destiné aux chercheurs en début de carrière engagés dans des collaborations internationales dans tous les domaines de la recherche sur les maladies cardiovasculaires. L’ouverture est prévue pour le 11 janvier 2018. Le financement sera attribué pour une durée maximale de trois ans. L’ANR financera seulement les partenaires ayant un poste permanent en France au sein des projets sélectionnés.

Thierry Damerval, nouveau Président-directeur général de l’Agence nationale de la recherche

ANR - lun, 2017-12-11 09:17

Thierry Damerval est nommé Président-directeur général de l’Agence nationale de la recherche (ANR) par décret du Président de la République sur proposition de la Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, en date du 8 décembre 2017.

L'Agence française pour la Biodiversité, le Muséum national d'Histoire naturelle et le CNRS créent un centre d'expertise et de données sur la nature

CNRS - lun, 2017-12-11 00:00
Le président du Muséum national d'Histoire naturelle (MNHN), Bruno David, le directeur général de l'Agence française pour la biodiversité (AFB), Christophe Aubel et la directrice de l'Institut écologie et environnement (INEE) du CNRS, Stéphanie Thiébault, ont signé le 11 décembre 2017 la convention de création de l'Unité mixte de service « Patrimoine naturel » basée au Muséum (UMS PatriNat). Centre d'expertise et de données sur la nature pour l'ensemble des territoires français, dans les domaines marin et terrestre, cette unité se place en appui aux politiques publiques tout en renforçant les liens entre la recherche et l'expertise environnementale sur les enjeux de connaissance de la nature et de ses interactions avec la société.

Vers une nouvelle classification des troubles de la conscience

CNRS - lun, 2017-12-11 00:00
Dans un article de synthèse publié le 1er décembre 2017 dans la revue

Identification de marqueurs précoces de maladies neurodégénératives chez des personnes à risque

CNRS - lun, 2017-12-11 00:00
Une étude promue par l'AP-HP a montré pour la première fois que des individus asymptomatiques risquant de développer une dégénérescence fronto-temporale (DFT) ou une sclérose latérale amyotrophique (SLA), car porteurs de la mutation c9orf72, présentent des altérations cognitives, anatomiques et structurelles très précoces, avant l'âge de 40 ans. L'identification de ces marqueurs avant l'apparition des symptômes de la maladie est une découverte majeure car de tels marqueurs sont essentiels pour la mise au point d'essais thérapeutiques et le suivi de leur efficacité. Cette étude menée à l'Institut du cerveau et de la moelle épinière – Inserm / CNRS / UPMC – à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière AP-HP, par le Dr Isabelle Le Ber, Anne Bertrand et Olivier Colliot (chercheur CNRS), a bénéficié d'un financement dans le cadre du programme de recherche translationnelle en santé (PRT-S). Ses résultats ont été publiés le 02 décembre 2017 dans

ATF3, une nouvelle cible pour les traitements anticancéreux

ANR - ven, 2017-12-08 11:05

Au cours de sa vie, une cellule subit de nombreux stress, certains ayant pour conséquence d’endommager l’ADN. Pour avoir le temps de réparer ces lésions, la cellule inhibe les processus fondamentaux dont fait partie la transcription, un mécanisme qui permet l’expression des gènes. L’équipe de Frédéric Coin et de Jean-Marc Egly a montré que la dégradation de la protéine ATF3 est indispensable au redémarrage de la transcription une fois les lésions réparées. Une découverte qui permettrait d’optimiser certaines chimiothérapies basées sur le mécanisme du stress. Ces résultats sont publiés dans la revue Molecular Cell du 7 décembre 2017.

Découverte de la voie catabolique complète des carraghénanes chez les bactéries marines

ANR - ven, 2017-12-08 09:37

Les financements ANR du projet Blue enzymes (AAPG 2014) et du projet IDEALG (PIA Biotechnologies Bioressources) ont participé à la découverte chez les bactéries marines du système complet d’utilisation des carraghénanes, polysaccharides sulfatés majeurs des macroalgues rouges. Ces résultats ont été publiés dans Nature Communications par un consortium international coordonné par l’équipe Glycobiologie Marine (UMR 8227 – CNRS / UPMC) . Par une combinaison d’approches biochimique, cristallographique, transcriptomique, génétique et bioinformatique, ce système biologique complexe a été caractérisé à une échelle d’intégration inédite à ce jour en biologie marine. C’est une avancée majeure dans la compréhension des mécanismes moléculaires gouvernant le cycle du carbone dans les écosystèmes côtiers. C’est aussi une percée pour la biotechnologie bleue et notamment la valorisation de la biomasse algale.

Les molécules sont-elles droitières ou gauchères ?

CNRS - ven, 2017-12-08 00:00
Quand le signal de départ est donné, deux électrons s'élancent dans des directions opposées. Celui qui remporte la course a une avance d'à peine sept attosecondes. Soit sept précédé de 17 zéros avant la virgule, ou 7x10

Mieux prévoir la formation de couches de glace à la surface du manteau neigeux dans les Pyrénées

CNRS - ven, 2017-12-08 00:00
Dans les Pyrénées, des couches de glace vive sont régulièrement observées en hiver en surface du manteau neigeux. Particulièrement glissantes et donc susceptibles d'être la cause d'accidents, elles sont dues à des précipitations verglaçantes. En conséquence, mieux les prévoir et les modéliser améliorerait la sécurité en montagne. Dans le cadre d'une thèse soutenue le 24 novembre dernier, des chercheurs du Centre national de recherches météorologiques (CNRM, Météo-France – CNRS), dont certains du Centre d'étude de la neige (CEN) sont parvenus à modéliser ce phénomène et à évaluer la qualité de ces prévisions en s'appuyant sur des données issues de l'observation participative des pratiquants de la montagne. Ces travaux sont publiés dans la revue

Appel à projets "Nouveaux cursus à l'université" : seconde vague

ANR - jeu, 2017-12-07 14:15

L’action "Nouveaux cursus à l’université" vise à soutenir, dans le cadre du troisième Programme d’investissements d’avenir (PIA 3), les universités et les regroupements d’établissements qui souhaitent diversifier leur offre de formation afin de répondre aux enjeux auxquels est confronté le système français d’enseignement supérieur et à renforcer l’autonomie des établissements en matière de politique de formation.

Appel à projets transnational sur l’utilisation des approches multi-omiques pour la découverte des causes de maladies rares – E-Rare-3

ANR - mer, 2017-12-06 14:57

L’Agence nationale de la recherche lance, en collaboration avec 18 pays, le 10ème appel à projets sur « Les projets de recherche transnationaux sur l’utilisation des approches multi-omiques pour la découverte des causes de maladie et/ou la validation fonctionnelle dans le contexte des maladies rares ». Cet appel vise à développer des collaborations transnationales entre chercheurs autour de projets de recherche interdisciplinaire. Les propositions déposées doivent traiter des maladies rares au sens de la définition européenne, à savoir des affections touchant moins de cinq personnes sur dix mille. Plus spécifiquement, cet appel vise à promouvoir des projets de recherche ayant pour objectif l’utilisation des approches multi-omiques pour la découverte des causes de maladie et/ou la validation fonctionnelle dans le contexte des maladies rares Les propositions de recherche doivent inclure au moins l’un des sujets suivants de même niveau d’importance :Des approches multi-omiques combinées (par ex. épigénomique transcriptomique, métabolomique, protéomique, ...) complétant des stratégies de découverte de gènes basés sur des hypothèses préétabliesUne validation fonctionnelle des résultats cliniques ou biologiques obtenus à partir des résultats“-omiques”Une application des approches “-omiques” aux maladies rares pour lequels le(s) gène(s) est/sont connus pour mieux connaitre la physiopathologie de la maladieDéveloppement et application de concepts et méthodes afin d'obtenir des cadres de lecture pour des groupes de maladies utilisables comme schémas directeurs dans la découverte de nouveaux gènes liés à une maladie rare et fournir des informations sur les mécanismes pathologiquesLa soumission et l’évaluation des projets se dérouleront en deux étapes et de façon intégrée avec les autres pays. Chaque pays financera les équipes de son pays selon ses propres modalités. SONT EXCLUS DE CET APPEL A PROJETS : (1) Les maladies infectieuses rares, les cancers rares et les effets indésirables rares des médicaments dans les traitements des maladies courantes ; (2) Les essais cliniques interventionnels Le financement sera attribué pour une durée maximale de trois ans. L’ANR financera seulement les partenaires français au sein des projets sélectionnés. La composition du consortium Les projets doivent être transnationaux et impliquant au moins trois entités indépendantes éligibles, issues de trois pays différents participant à cet appel à projets. Le nombre maximum de partenaires éligibles dans un consortium est de six. Pas plus de deux partenaires du même pays participant à l'appel seront acceptés par proposition. Les consortia incluant un/deux partenaire(s) provenant d’un pays qui est à ce jour sous-représenté dans ce schéma de financement (République Tchèque, Hongrie, Lettonie, Pologne, Roumanie et Turquie) peuvent augmenter le nombre total de partenaires éligibles à huit. Des partenaires additionnels assurant leur financement par d’autres sources peuvent se joindre au consortium. Leur nombre est limité à deux.

Appel à projets transnational sur l’utilisation des approches multi-omiques pour la découverte des causes de maladies rares – E-Rare-3

ANR - mer, 2017-12-06 14:57

L’Agence nationale de la recherche lance, en collaboration avec 18 pays, le 10ème appel à projets sur « Les projets de recherche transnationaux sur l’utilisation des approches multi-omiques pour la découverte des causes de maladie et/ou la validation fonctionnelle dans le contexte des maladies rares ». Cet appel vise à développer des collaborations transnationales entre chercheurs autour de projets de recherche interdisciplinaire. Les propositions déposées doivent traiter des maladies rares au sens de la définition européenne, à savoir des affections touchant moins de cinq personnes sur dix mille. Plus spécifiquement, cet appel vise à promouvoir des projets de recherche ayant pour objectif l’utilisation des approches multi-omiques pour la découverte des causes de maladie et/ou la validation fonctionnelle dans le contexte des maladies rares Les propositions de recherche doivent inclure au moins l’un des sujets suivants de même niveau d’importance :Des approches multi-omiques combinées (par ex. épigénomique transcriptomique, métabolomique, protéomique, ...) complétant des stratégies de découverte de gènes basés sur des hypothèses préétabliesUne validation fonctionnelle des résultats cliniques ou biologiques obtenus à partir des résultats“-omiques”Une application des approches “-omiques” aux maladies rares pour lequels le(s) gène(s) est/sont connus pour mieux connaitre la physiopathologie de la maladieDéveloppement et application de concepts et méthodes afin d'obtenir des cadres de lecture pour des groupes de maladies utilisables comme schémas directeurs dans la découverte de nouveaux gènes liés à une maladie rare et fournir des informations sur les mécanismes pathologiquesLa soumission et l’évaluation des projets se dérouleront en deux étapes et de façon intégrée avec les autres pays. Chaque pays financera les équipes de son pays selon ses propres modalités. SONT EXCLUS DE CET APPEL A PROJETS : (1) Les maladies infectieuses rares, les cancers rares et les effets indésirables rares des médicaments dans les traitements des maladies courantes ; (2) Les essais cliniques interventionnels Le financement sera attribué pour une durée maximale de trois ans. L’ANR financera seulement les partenaires français au sein des projets sélectionnés. La composition du consortium Les projets doivent être transnationaux et impliquant au moins trois entités indépendantes éligibles, issues de trois pays différents participant à cet appel à projets. Le nombre maximum de partenaires éligibles dans un consortium est de six. Pas plus de deux partenaires du même pays participant à l'appel seront acceptés par proposition. Les consortia incluant un/deux partenaire(s) provenant d’un pays qui est à ce jour sous-représenté dans ce schéma de financement (République Tchèque, Hongrie, Lettonie, Pologne, Roumanie et Turquie) peuvent augmenter le nombre total de partenaires éligibles à huit. Des partenaires additionnels assurant leur financement par d’autres sources peuvent se joindre au consortium. Leur nombre est limité à deux.

Appel à projets transnational sur l’utilisation des approches multi-omiques pour la découverte des causes de maladies rares – E-Rare-3

ANR - mer, 2017-12-06 14:57

L’Agence nationale de la recherche lance, en collaboration avec 18 pays, le 10ème appel à projets sur « Les projets de recherche transnationaux sur l’utilisation des approches multi-omiques pour la découverte des causes de maladie et/ou la validation fonctionnelle dans le contexte des maladies rares ». Cet appel vise à développer des collaborations transnationales entre chercheurs autour de projets de recherche interdisciplinaire. Les propositions déposées doivent traiter des maladies rares au sens de la définition européenne, à savoir des affections touchant moins de cinq personnes sur dix mille. Plus spécifiquement, cet appel vise à promouvoir des projets de recherche ayant pour objectif l’utilisation des approches multi-omiques pour la découverte des causes de maladie et/ou la validation fonctionnelle dans le contexte des maladies rares Les propositions de recherche doivent inclure au moins l’un des sujets suivants de même niveau d’importance :Des approches multi-omiques combinées (par ex. épigénomique transcriptomique, métabolomique, protéomique, ...) complétant des stratégies de découverte de gènes basés sur des hypothèses préétabliesUne validation fonctionnelle des résultats cliniques ou biologiques obtenus à partir des résultats“-omiques”Une application des approches “-omiques” aux maladies rares pour lequels le(s) gène(s) est/sont connus pour mieux connaitre la physiopathologie de la maladieDéveloppement et application de concepts et méthodes afin d'obtenir des cadres de lecture pour des groupes de maladies utilisables comme schémas directeurs dans la découverte de nouveaux gènes liés à une maladie rare et fournir des informations sur les mécanismes pathologiquesLa soumission et l’évaluation des projets se dérouleront en deux étapes et de façon intégrée avec les autres pays. Chaque pays financera les équipes de son pays selon ses propres modalités. SONT EXCLUS DE CET APPEL A PROJETS : (1) Les maladies infectieuses rares, les cancers rares et les effets indésirables rares des médicaments dans les traitements des maladies courantes ; (2) Les essais cliniques interventionnels Le financement sera attribué pour une durée maximale de trois ans. L’ANR financera seulement les partenaires français au sein des projets sélectionnés. La composition du consortium Les projets doivent être transnationaux et impliquant au moins trois entités indépendantes éligibles, issues de trois pays différents participant à cet appel à projets. Le nombre maximum de partenaires éligibles dans un consortium est de six. Pas plus de deux partenaires du même pays participant à l'appel seront acceptés par proposition. Les consortia incluant un/deux partenaire(s) provenant d’un pays qui est à ce jour sous-représenté dans ce schéma de financement (République Tchèque, Hongrie, Lettonie, Pologne, Roumanie et Turquie) peuvent augmenter le nombre total de partenaires éligibles à huit. Des partenaires additionnels assurant leur financement par d’autres sources peuvent se joindre au consortium. Leur nombre est limité à deux.

Appel à projets transnational sur l’utilisation des approches multi-omiques pour la découverte des causes de maladies rares – E-Rare-3

ANR - mer, 2017-12-06 14:57

L’Agence nationale de la recherche lance, en collaboration avec 18 pays, le 10ème appel à projets sur « Les projets de recherche transnationaux sur l’utilisation des approches multi-omiques pour la découverte des causes de maladie et/ou la validation fonctionnelle dans le contexte des maladies rares ». Cet appel vise à développer des collaborations transnationales entre chercheurs autour de projets de recherche interdisciplinaire. Les propositions déposées doivent traiter des maladies rares au sens de la définition européenne, à savoir des affections touchant moins de cinq personnes sur dix mille. Plus spécifiquement, cet appel vise à promouvoir des projets de recherche ayant pour objectif l’utilisation des approches multi-omiques pour la découverte des causes de maladie et/ou la validation fonctionnelle dans le contexte des maladies rares Les propositions de recherche doivent inclure au moins l’un des sujets suivants de même niveau d’importance :Des approches multi-omiques combinées (par ex. épigénomique transcriptomique, métabolomique, protéomique, ...) complétant des stratégies de découverte de gènes basés sur des hypothèses préétabliesUne validation fonctionnelle des résultats cliniques ou biologiques obtenus à partir des résultats“-omiques”Une application des approches “-omiques” aux maladies rares pour lequels le(s) gène(s) est/sont connus pour mieux connaitre la physiopathologie de la maladieDéveloppement et application de concepts et méthodes afin d'obtenir des cadres de lecture pour des groupes de maladies utilisables comme schémas directeurs dans la découverte de nouveaux gènes liés à une maladie rare et fournir des informations sur les mécanismes pathologiquesLa soumission et l’évaluation des projets se dérouleront en deux étapes et de façon intégrée avec les autres pays. Chaque pays financera les équipes de son pays selon ses propres modalités. SONT EXCLUS DE CET APPEL A PROJETS : (1) Les maladies infectieuses rares, les cancers rares et les effets indésirables rares des médicaments dans les traitements des maladies courantes ; (2) Les essais cliniques interventionnels Le financement sera attribué pour une durée maximale de trois ans. L’ANR financera seulement les partenaires français au sein des projets sélectionnés. La composition du consortium Les projets doivent être transnationaux et impliquant au moins trois entités indépendantes éligibles, issues de trois pays différents participant à cet appel à projets. Le nombre maximum de partenaires éligibles dans un consortium est de six. Pas plus de deux partenaires du même pays participant à l'appel seront acceptés par proposition. Les consortia incluant un/deux partenaire(s) provenant d’un pays qui est à ce jour sous-représenté dans ce schéma de financement (République Tchèque, Hongrie, Lettonie, Pologne, Roumanie et Turquie) peuvent augmenter le nombre total de partenaires éligibles à huit. Des partenaires additionnels assurant leur financement par d’autres sources peuvent se joindre au consortium. Leur nombre est limité à deux.

Appel à projets transnational sur l’utilisation des approches multi-omiques pour la découverte des causes de maladies rares – E-Rare-3

ANR - mer, 2017-12-06 14:57

L’Agence nationale de la recherche lance, en collaboration avec 18 pays, le 10ème appel à projets sur « Les projets de recherche transnationaux sur l’utilisation des approches multi-omiques pour la découverte des causes de maladie et/ou la validation fonctionnelle dans le contexte des maladies rares ». Cet appel vise à développer des collaborations transnationales entre chercheurs autour de projets de recherche interdisciplinaire. Les propositions déposées doivent traiter des maladies rares au sens de la définition européenne, à savoir des affections touchant moins de cinq personnes sur dix mille. Plus spécifiquement, cet appel vise à promouvoir des projets de recherche ayant pour objectif l’utilisation des approches multi-omiques pour la découverte des causes de maladie et/ou la validation fonctionnelle dans le contexte des maladies rares Les propositions de recherche doivent inclure au moins l’un des sujets suivants de même niveau d’importance :Des approches multi-omiques combinées (par ex. épigénomique transcriptomique, métabolomique, protéomique, ...) complétant des stratégies de découverte de gènes basés sur des hypothèses préétabliesUne validation fonctionnelle des résultats cliniques ou biologiques obtenus à partir des résultats“-omiques”Une application des approches “-omiques” aux maladies rares pour lequels le(s) gène(s) est/sont connus pour mieux connaitre la physiopathologie de la maladieDéveloppement et application de concepts et méthodes afin d'obtenir des cadres de lecture pour des groupes de maladies utilisables comme schémas directeurs dans la découverte de nouveaux gènes liés à une maladie rare et fournir des informations sur les mécanismes pathologiquesLa soumission et l’évaluation des projets se dérouleront en deux étapes et de façon intégrée avec les autres pays. Chaque pays financera les équipes de son pays selon ses propres modalités. SONT EXCLUS DE CET APPEL A PROJETS : (1) Les maladies infectieuses rares, les cancers rares et les effets indésirables rares des médicaments dans les traitements des maladies courantes ; (2) Les essais cliniques interventionnels Le financement sera attribué pour une durée maximale de trois ans. L’ANR financera seulement les partenaires français au sein des projets sélectionnés. La composition du consortium Les projets doivent être transnationaux et impliquant au moins trois entités indépendantes éligibles, issues de trois pays différents participant à cet appel à projets. Le nombre maximum de partenaires éligibles dans un consortium est de six. Pas plus de deux partenaires du même pays participant à l'appel seront acceptés par proposition. Les consortia incluant un/deux partenaire(s) provenant d’un pays qui est à ce jour sous-représenté dans ce schéma de financement (République Tchèque, Hongrie, Lettonie, Pologne, Roumanie et Turquie) peuvent augmenter le nombre total de partenaires éligibles à huit. Des partenaires additionnels assurant leur financement par d’autres sources peuvent se joindre au consortium. Leur nombre est limité à deux.

Appel à projets transnational sur l’utilisation des approches multi-omiques pour la découverte des causes de maladies rares – E-Rare-3

ANR - mer, 2017-12-06 14:57

L’Agence nationale de la recherche lance, en collaboration avec 18 pays, le 10ème appel à projets sur « Les projets de recherche transnationaux sur l’utilisation des approches multi-omiques pour la découverte des causes de maladie et/ou la validation fonctionnelle dans le contexte des maladies rares ». Cet appel vise à développer des collaborations transnationales entre chercheurs autour de projets de recherche interdisciplinaire. Les propositions déposées doivent traiter des maladies rares au sens de la définition européenne, à savoir des affections touchant moins de cinq personnes sur dix mille. Plus spécifiquement, cet appel vise à promouvoir des projets de recherche ayant pour objectif l’utilisation des approches multi-omiques pour la découverte des causes de maladie et/ou la validation fonctionnelle dans le contexte des maladies rares Les propositions de recherche doivent inclure au moins l’un des sujets suivants de même niveau d’importance :Des approches multi-omiques combinées (par ex. épigénomique transcriptomique, métabolomique, protéomique, ...) complétant des stratégies de découverte de gènes basés sur des hypothèses préétabliesUne validation fonctionnelle des résultats cliniques ou biologiques obtenus à partir des résultats“-omiques”Une application des approches “-omiques” aux maladies rares pour lequels le(s) gène(s) est/sont connus pour mieux connaitre la physiopathologie de la maladieDéveloppement et application de concepts et méthodes afin d'obtenir des cadres de lecture pour des groupes de maladies utilisables comme schémas directeurs dans la découverte de nouveaux gènes liés à une maladie rare et fournir des informations sur les mécanismes pathologiquesLa soumission et l’évaluation des projets se dérouleront en deux étapes et de façon intégrée avec les autres pays. Chaque pays financera les équipes de son pays selon ses propres modalités. SONT EXCLUS DE CET APPEL A PROJETS : (1) Les maladies infectieuses rares, les cancers rares et les effets indésirables rares des médicaments dans les traitements des maladies courantes ; (2) Les essais cliniques interventionnels Le financement sera attribué pour une durée maximale de trois ans. L’ANR financera seulement les partenaires français au sein des projets sélectionnés. La composition du consortium Les projets doivent être transnationaux et impliquant au moins trois entités indépendantes éligibles, issues de trois pays différents participant à cet appel à projets. Le nombre maximum de partenaires éligibles dans un consortium est de six. Pas plus de deux partenaires du même pays participant à l'appel seront acceptés par proposition. Les consortia incluant un/deux partenaire(s) provenant d’un pays qui est à ce jour sous-représenté dans ce schéma de financement (République Tchèque, Hongrie, Lettonie, Pologne, Roumanie et Turquie) peuvent augmenter le nombre total de partenaires éligibles à huit. Des partenaires additionnels assurant leur financement par d’autres sources peuvent se joindre au consortium. Leur nombre est limité à deux.

Appel à projets transnational sur l’utilisation des approches multi-omiques pour la découverte des causes de maladies rares – E-Rare-3

ANR - mer, 2017-12-06 14:57

L’Agence nationale de la recherche lance, en collaboration avec 18 pays, le 10ème appel à projets sur « Les projets de recherche transnationaux sur l’utilisation des approches multi-omiques pour la découverte des causes de maladie et/ou la validation fonctionnelle dans le contexte des maladies rares ». Cet appel vise à développer des collaborations transnationales entre chercheurs autour de projets de recherche interdisciplinaire. Les propositions déposées doivent traiter des maladies rares au sens de la définition européenne, à savoir des affections touchant moins de cinq personnes sur dix mille. Plus spécifiquement, cet appel vise à promouvoir des projets de recherche ayant pour objectif l’utilisation des approches multi-omiques pour la découverte des causes de maladie et/ou la validation fonctionnelle dans le contexte des maladies rares Les propositions de recherche doivent inclure au moins l’un des sujets suivants de même niveau d’importance :Des approches multi-omiques combinées (par ex. épigénomique transcriptomique, métabolomique, protéomique, ...) complétant des stratégies de découverte de gènes basés sur des hypothèses préétabliesUne validation fonctionnelle des résultats cliniques ou biologiques obtenus à partir des résultats“-omiques”Une application des approches “-omiques” aux maladies rares pour lequels le(s) gène(s) est/sont connus pour mieux connaitre la physiopathologie de la maladieDéveloppement et application de concepts et méthodes afin d'obtenir des cadres de lecture pour des groupes de maladies utilisables comme schémas directeurs dans la découverte de nouveaux gènes liés à une maladie rare et fournir des informations sur les mécanismes pathologiquesLa soumission et l’évaluation des projets se dérouleront en deux étapes et de façon intégrée avec les autres pays. Chaque pays financera les équipes de son pays selon ses propres modalités. SONT EXCLUS DE CET APPEL A PROJETS : (1) Les maladies infectieuses rares, les cancers rares et les effets indésirables rares des médicaments dans les traitements des maladies courantes ; (2) Les essais cliniques interventionnels Le financement sera attribué pour une durée maximale de trois ans. L’ANR financera seulement les partenaires français au sein des projets sélectionnés. La composition du consortium Les projets doivent être transnationaux et impliquant au moins trois entités indépendantes éligibles, issues de trois pays différents participant à cet appel à projets. Le nombre maximum de partenaires éligibles dans un consortium est de six. Pas plus de deux partenaires du même pays participant à l'appel seront acceptés par proposition. Les consortia incluant un/deux partenaire(s) provenant d’un pays qui est à ce jour sous-représenté dans ce schéma de financement (République Tchèque, Hongrie, Lettonie, Pologne, Roumanie et Turquie) peuvent augmenter le nombre total de partenaires éligibles à huit. Des partenaires additionnels assurant leur financement par d’autres sources peuvent se joindre au consortium. Leur nombre est limité à deux.

Appel à projets transnational sur l’utilisation des approches multi-omiques pour la découverte des causes de maladies rares – E-Rare-3

ANR - mer, 2017-12-06 14:57

L’Agence nationale de la recherche lance, en collaboration avec 18 pays, le 10ème appel à projets sur « Les projets de recherche transnationaux sur l’utilisation des approches multi-omiques pour la découverte des causes de maladie et/ou la validation fonctionnelle dans le contexte des maladies rares ». Cet appel vise à développer des collaborations transnationales entre chercheurs autour de projets de recherche interdisciplinaire. Les propositions déposées doivent traiter des maladies rares au sens de la définition européenne, à savoir des affections touchant moins de cinq personnes sur dix mille. Plus spécifiquement, cet appel vise à promouvoir des projets de recherche ayant pour objectif l’utilisation des approches multi-omiques pour la découverte des causes de maladie et/ou la validation fonctionnelle dans le contexte des maladies rares Les propositions de recherche doivent inclure au moins l’un des sujets suivants de même niveau d’importance :Des approches multi-omiques combinées (par ex. épigénomique transcriptomique, métabolomique, protéomique, ...) complétant des stratégies de découverte de gènes basés sur des hypothèses préétabliesUne validation fonctionnelle des résultats cliniques ou biologiques obtenus à partir des résultats“-omiques”Une application des approches “-omiques” aux maladies rares pour lequels le(s) gène(s) est/sont connus pour mieux connaitre la physiopathologie de la maladieDéveloppement et application de concepts et méthodes afin d'obtenir des cadres de lecture pour des groupes de maladies utilisables comme schémas directeurs dans la découverte de nouveaux gènes liés à une maladie rare et fournir des informations sur les mécanismes pathologiquesLa soumission et l’évaluation des projets se dérouleront en deux étapes et de façon intégrée avec les autres pays. Chaque pays financera les équipes de son pays selon ses propres modalités. SONT EXCLUS DE CET APPEL A PROJETS : (1) Les maladies infectieuses rares, les cancers rares et les effets indésirables rares des médicaments dans les traitements des maladies courantes ; (2) Les essais cliniques interventionnels Le financement sera attribué pour une durée maximale de trois ans. L’ANR financera seulement les partenaires français au sein des projets sélectionnés. La composition du consortium Les projets doivent être transnationaux et impliquant au moins trois entités indépendantes éligibles, issues de trois pays différents participant à cet appel à projets. Le nombre maximum de partenaires éligibles dans un consortium est de six. Pas plus de deux partenaires du même pays participant à l'appel seront acceptés par proposition. Les consortia incluant un/deux partenaire(s) provenant d’un pays qui est à ce jour sous-représenté dans ce schéma de financement (République Tchèque, Hongrie, Lettonie, Pologne, Roumanie et Turquie) peuvent augmenter le nombre total de partenaires éligibles à huit. Des partenaires additionnels assurant leur financement par d’autres sources peuvent se joindre au consortium. Leur nombre est limité à deux.

Appel à projets transnational sur l’utilisation des approches multi-omiques pour la découverte des causes de maladies rares – E-Rare-3

ANR - mer, 2017-12-06 14:57

L’Agence nationale de la recherche lance, en collaboration avec 18 pays, le 10ème appel à projets sur « Les projets de recherche transnationaux sur l’utilisation des approches multi-omiques pour la découverte des causes de maladie et/ou la validation fonctionnelle dans le contexte des maladies rares ». Cet appel vise à développer des collaborations transnationales entre chercheurs autour de projets de recherche interdisciplinaire. Les propositions déposées doivent traiter des maladies rares au sens de la définition européenne, à savoir des affections touchant moins de cinq personnes sur dix mille. Plus spécifiquement, cet appel vise à promouvoir des projets de recherche ayant pour objectif l’utilisation des approches multi-omiques pour la découverte des causes de maladie et/ou la validation fonctionnelle dans le contexte des maladies rares Les propositions de recherche doivent inclure au moins l’un des sujets suivants de même niveau d’importance :Des approches multi-omiques combinées (par ex. épigénomique transcriptomique, métabolomique, protéomique, ...) complétant des stratégies de découverte de gènes basés sur des hypothèses préétabliesUne validation fonctionnelle des résultats cliniques ou biologiques obtenus à partir des résultats“-omiques”Une application des approches “-omiques” aux maladies rares pour lequels le(s) gène(s) est/sont connus pour mieux connaitre la physiopathologie de la maladieDéveloppement et application de concepts et méthodes afin d'obtenir des cadres de lecture pour des groupes de maladies utilisables comme schémas directeurs dans la découverte de nouveaux gènes liés à une maladie rare et fournir des informations sur les mécanismes pathologiquesLa soumission et l’évaluation des projets se dérouleront en deux étapes et de façon intégrée avec les autres pays. Chaque pays financera les équipes de son pays selon ses propres modalités. SONT EXCLUS DE CET APPEL A PROJETS : (1) Les maladies infectieuses rares, les cancers rares et les effets indésirables rares des médicaments dans les traitements des maladies courantes ; (2) Les essais cliniques interventionnels Le financement sera attribué pour une durée maximale de trois ans. L’ANR financera seulement les partenaires français au sein des projets sélectionnés. La composition du consortium Les projets doivent être transnationaux et impliquant au moins trois entités indépendantes éligibles, issues de trois pays différents participant à cet appel à projets. Le nombre maximum de partenaires éligibles dans un consortium est de six. Pas plus de deux partenaires du même pays participant à l'appel seront acceptés par proposition. Les consortia incluant un/deux partenaire(s) provenant d’un pays qui est à ce jour sous-représenté dans ce schéma de financement (République Tchèque, Hongrie, Lettonie, Pologne, Roumanie et Turquie) peuvent augmenter le nombre total de partenaires éligibles à huit. Des partenaires additionnels assurant leur financement par d’autres sources peuvent se joindre au consortium. Leur nombre est limité à deux.

Appel à projets transnational sur l’utilisation des approches multi-omiques pour la découverte des causes de maladies rares – E-Rare-3

ANR - mer, 2017-12-06 14:57

L’Agence nationale de la recherche lance, en collaboration avec 18 pays, le 10ème appel à projets sur « Les projets de recherche transnationaux sur l’utilisation des approches multi-omiques pour la découverte des causes de maladie et/ou la validation fonctionnelle dans le contexte des maladies rares ». Cet appel vise à développer des collaborations transnationales entre chercheurs autour de projets de recherche interdisciplinaire. Les propositions déposées doivent traiter des maladies rares au sens de la définition européenne, à savoir des affections touchant moins de cinq personnes sur dix mille. Plus spécifiquement, cet appel vise à promouvoir des projets de recherche ayant pour objectif l’utilisation des approches multi-omiques pour la découverte des causes de maladie et/ou la validation fonctionnelle dans le contexte des maladies rares Les propositions de recherche doivent inclure au moins l’un des sujets suivants de même niveau d’importance :Des approches multi-omiques combinées (par ex. épigénomique transcriptomique, métabolomique, protéomique, ...) complétant des stratégies de découverte de gènes basés sur des hypothèses préétabliesUne validation fonctionnelle des résultats cliniques ou biologiques obtenus à partir des résultats“-omiques”Une application des approches “-omiques” aux maladies rares pour lequels le(s) gène(s) est/sont connus pour mieux connaitre la physiopathologie de la maladieDéveloppement et application de concepts et méthodes afin d'obtenir des cadres de lecture pour des groupes de maladies utilisables comme schémas directeurs dans la découverte de nouveaux gènes liés à une maladie rare et fournir des informations sur les mécanismes pathologiquesLa soumission et l’évaluation des projets se dérouleront en deux étapes et de façon intégrée avec les autres pays. Chaque pays financera les équipes de son pays selon ses propres modalités. SONT EXCLUS DE CET APPEL A PROJETS : (1) Les maladies infectieuses rares, les cancers rares et les effets indésirables rares des médicaments dans les traitements des maladies courantes ; (2) Les essais cliniques interventionnels Le financement sera attribué pour une durée maximale de trois ans. L’ANR financera seulement les partenaires français au sein des projets sélectionnés. La composition du consortium Les projets doivent être transnationaux et impliquant au moins trois entités indépendantes éligibles, issues de trois pays différents participant à cet appel à projets. Le nombre maximum de partenaires éligibles dans un consortium est de six. Pas plus de deux partenaires du même pays participant à l'appel seront acceptés par proposition. Les consortia incluant un/deux partenaire(s) provenant d’un pays qui est à ce jour sous-représenté dans ce schéma de financement (République Tchèque, Hongrie, Lettonie, Pologne, Roumanie et Turquie) peuvent augmenter le nombre total de partenaires éligibles à huit. Des partenaires additionnels assurant leur financement par d’autres sources peuvent se joindre au consortium. Leur nombre est limité à deux.